Les Loulous de Lou

01 novembre 2017

L'atelier des vacances

Voilà longtemps déjà que je voulais essayer les techniques de l'écoprint, qui consiste à imprimer des traces de végétaux de différentes façons sur des étoffes ou du papier.

On a profité des vacances et du beau temps pour faire un atelier d'impression de feuilles martelées sur papier et sur tissu.

Cette technique nécessite des feuilles fraîches, on a donc commencé par faire une belle cueillette !

Sur papier, on a simplement martelé des feuilles pour imprimer les pigments qu'elles contiennent sur le papier. Cela fonctionne plus ou moins bien selon la nature du papier - il faut préférer un papier épais, type papier d'aquarelle - et les feuilles choisies. On a notamment obtenu de jolis résultats avec les feuilles de cornouiller et les feuilles de betteraves rouges. Pour cette technique, il faut privilégier les feuilles très colorées, comme celle de l'érable japonais par exemple.

IMG_20171022_221829_596

Feuilles de cornouiller et spirée de Van Houtte (en bas) et de betteraves rouge (au milieu)

Sur tissu, nous avons utilisé une technique d'impression des tanins des feuilles. Le résultat est spectaculaire et a un côté magique car il y a une phase de révélation de la feuille imprimée par martelage en plongeant l'étoffe dans un bain de sulfate de fer.

ecoprint2

Préparation des feuilles à marteler

ecoprint3

Martelage : le tissu est posé sur les feuilles - les feuilles sont frappée avec un marteau à travers le tissu

ecoprint4

Le bain de sulfate de fer est prêt

ecoprint1

Feuilles imprimées sur le tissu après martelage

Une fois la phase de martelage terminée, on nettoie les résidus de feuilles restés sur le tissu, puis on le plonge  dans un bain de sulfate de fer (1 cuiller à café pour 1l d'eau). Très rapidement, les couleurs changent : les tanins imprimés dans le tissu se révèlent, allant du vert au noir, en passant par des marrons, des verts foncés. Cette phase est magique !

On rince ensuite l'étoffe imprimée dans de l'eau et il n'y a plus qu'à laisser sécher.

ecoprint5

ecoprint6

ecoprint7

ecoprint8

 

Pour un premier essai, nous sommes vraiment satisfaits du résultat et les loulous ont adoré !

La seule difficulté est de marteler sans que la feuille bouge sous le tissu.

Je vous recommande le blog Mamandala et petit chou qui présente de façon détaillée les étapes de cette technique. Voici également un lien vers un document intéressant à consulter avant de se lancer, provenant d'un atelier réalisé sur cette technique au musée Oberlin, à Waldersbach (67). Ce musée sera d'ailleurs dans notre liste des visites à faire lors de nos prochaines vacances en Alsace !

Et pour finir, voici un document qui explique comment fabriquer son bain de sulfate de fer à partir de paille de fer : feuilles. De notre côté, nous avons acheté notre sulfate de fer en jardinerie.

On a hâte d'explorer d'autres techniques d'écoprint, et d'essayer aussi les teintures végétales, de chouettes ateliers en perspective pour de prochaines vacances.

Posté par Anne-Gabrielle à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 octobre 2017

Récolte des graines du jardin

C'est le bon moment pour récolter les graines du jardin. On en fait des provisions : aneth, radis, coriandre, fenouil, ... et on met en bocal les herbes qu'on a mises à sécher à la fin de l'été.

récolte graines 1

récolte graines 2

récolte graines 3

récolte graines 4

Pour s'y retrouver, j'ai réalisé de belles étiquettes à partir de gravures anciennes qui proviennent de ce formidable site qui met à disposition une énorme collection de dessins et gravures :  c'est par ici si ça vous intéresse.

Notre petit cadeau de début de vacances :  la planche d'étiquettes, à imprimer sur un joli papier recyclé, ou comme nous l'avons fait, sur du papier autocollant. Par ici les étiquettes : _tiquettes_graines (n'hésitez pas à me contacter pour que je vous envoie le fichier qui sera de meilleure qualité que celui-ci).

Les pochettes à graines sont réalisées par simple pliage d'un carré de papier, je vous donne également le lien vers les explications que j'ai suivies pour les réaliser : c'est par ici.

 

Posté par Anne-Gabrielle à 22:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2017

Inventaire des graines du jardin

Un petit tour dans le jardin pour récolter toutes sortes de graines de plantes sauvages ou cultivées, c'est un peu comme une chasse au trésor.

septembre 2017 00040

 

graines du jardin5

graines du jardin6

A la manière des planches botaniques, nous avons fait un petit inventaire des graines de notre jardin.

graines du jardin1

graines du jardin2

graines du jardin3

On ne les connait pas toutes, il va nous falloir attendre l'été prochain pour voir certaines plantes en fleur et pouvoir les identifier, car lorsqu'elles sont en graine, c'est parfois difficile !

Ma préférée : la carotte sauvage.

graines du jardin

Posté par Anne-Gabrielle à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 septembre 2017

Métamorphose

Pendant les vacances, on a le temps ...

Le temps par exemple d'observer la métamorphose de la larve de coccinelle en nymphe et d'en prendre quelques photos.

montage coccinelles3

Voici, en quelques mots, l'histoire de cette métamorphose : maman coccinelle pond ses oeufs (cinquante à quatre cents !) à proximité d'un garde-manger, en l'occurence, dans notre cas, une feuille de pêcher envahie de pucerons. Au bout d'une petite semaine, les œufs éclosent et des larves en sortent. Mobiles et actives, et surtout voraces, elles passent trois semaines à se développer et dévorent pendant ce temps jusqu'à neuf mille pucerons. Quand nous les avons découvertes sur notre pêcher, les larves avaient déjà une belle taille et sans doute au moins deux semaines. Elles se transforment ensuite en nymphes, fixées à une feuille par quelques fils de soie, et restent ainsi recroquevillées et immobiles, pendant huit jours, pour se transformer en coccinelle adulte.

Ces quelques photos prises dans notre jardin à plusieurs jours d'intervalle, ont été montées à la manière de la présentation des illustrations du magnifique livre de Frédéric Clément : Métamorphoses (éditions Seuil Jeunesse).

003594545

Ce très très bel album raconte de fantastiques métamorphes : du papillon au lucane, en passant par les champignons ou l'érable. Pisello Petit-Pois, personnage né d'un grain de malice et d'un pépin de parapluie, accompagne le lecteur avec poésie. On y parle têtards, alevins et cotylédons, de si jolis mots pour décrire la faune et la flaure si riche qui nous entoure, et tout ça avec de superbes illustrations.

Un petit clics sur l'image ci-dessus pour vous rendre sur la plateforme Librairies Indépendantes et savoir dans quelle librairie près de chez vous vous pouvez le trouver.

Bonne lecture !

 

 

Posté par Anne-Gabrielle à 15:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2017

Prêts pour la rentrée #2

On poursuit les préparatifs de rentrée et on finit l'inventaire du cartable.

rentrée 2017 1

Un petit coup de neuf sur l'ardoise dont le revêtement était bien usé, le feutre ne s'effaçait plus correctement. J'ai découpé la forme de l'ardoise dans du film plastique adhésif (celui qu'on utilise pour recouvrir les livres) que j'avais en stock et collé ça sur les deux faces de l'ardoise, et le feutre effaçable l'est à nouveau !

rentrée 2017 6

En plus de sa trousse à fournitures de bureau, Lubin a reçu une trousse pour ses feutres et crayons, que j'ai confectionnée à partit d'un flacon de gel douche, datant de notre vie d'avant, quand on n'utilisait pas encore les formidables savons artisanaux, naturels et sans déchets que l'on utilise désormais.

rentrée 2017 2

Le flacon est coupé au niveau du goulot, puis perforé sur tout le pourtour avec une aiguille chauffée à la bougie, en espaçant les trous de 3 à 4 mm.

rentrée 2017 3

On mesure la périphérie du flacon, puis on fabrique un tube de tissu de même dimension et d'environ 8 cm de haut. L'une des extrémités du tube est repliée deux fois sur  1cm, pour faire un ourlet qui servira à faire passer un lien pour fermer la trousse.

rentrée 2017 4

Le tube de tissu est enfilé sur le flacon, endroit du tissu contre le flacon en faisant coïncider le bord non-ourlé au bord coupé et perforé du flacon.

Le tissu est fixé au flacon par une couture au point arrière, en passant l'aiguille dans les trous faits au préalable.

rentrée 2017 5

Le tube de tissu est retourné sur l'endroit, une ouverture sur le côté au niveau de l'ourlet permet d'enfiler un lien à l'aide d'une épingle à nourrice.

rentrée 2017 7

A la réflexion, cette trousse ferait aussi un bel étuit à lunettes !

Pour finir, j'ai fait une petite pochette à coulisse à partir d'une jambe de vieux jean pour ranger le petit matériel qui ne tient pas dans la trousse. Réalisation en 10 mn chrono en utilisant directement le bas de la jambe de pantalon dont l'ourlet sert ensuite à faire passer le lien de coulisse.

rentrée 2017 15

Bonne rentrée à tous !

Posté par Anne-Gabrielle à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 septembre 2017

Prêts pour la rentrée #1

Un été qui a passé comme une journée, et nous voilà déjà à préparer la rentrée !

Chez les Loulous, on décline la rentrée en mode récup', à commencer par le cartable.

Qu'ils soient en primaire ou au collège, hors de question de changer de cartable tous les ans. D'ailleurs, Louennig et Bleuenn ont fait toute leur primaire avec le même cartable, et j'espère qu'il en sera de même au collège.

Alors pour préparer la rentrée, on fait la révision des cartables. Pour la primaire, on vérifie que les fermetures fonctionnent et qu'il roule encore bien et ça repart pour un an. Et si les bretelles des sacs à dos ont lâché, on les recoud avec un fil bien solide (du genre de ceux que l'on utilise pour coudre les boutons) et on en profite pour les renforcer  un peu !

rentrée 2017 14

Pour qu'il y ait tout de même un peu de nouveauté dans leurs fournitures, les Loulous ont reçu de nouvelles trousses que j'ai confectionnées à partir de matériaux de récupération : vieux jean, tissu enduit récupéré dans les ateliers de fabrication Cotten et du coton imprimé que j'avais en stock pour la doublure.

rentrée 2017 8

Le jean et le ciré sont assemblés (1/3 ciré, 2/3 jean) et coupés aux dimensions de la trousse en 2 exemplaires  (22cm * 14cm, pour une trousse de 20cm * 12cm). Sur l'une des faces de la trousse, j'ai intercalé un galon fait dans le tissu de doublure. On coupe également 2 pièces de doublure aux mêmes dimensions.

rentrée 2017 9

rentrée 2017 10

Les faces (extérieures et doublure) de la trousse sont assemblées de part et d'autre de la fermeture éclair.

rentrée 2017 12

En veillant à ouvrir la fermeture éclair, on assemble l'extérieur de la trousse (on coud les faces recto et verso de la trousse, endroit contre endroit), puis on assemble les deux pièces de la doublure, endroit contre endroit en laissant une ouverture de quelques centimètre pour retourner. Une fois la trousse mise à l'endroit, on ferme l'ouverture laissée dans la doublure.

rentrée 2017 11

Pour remplir la trousse, on réutilise les fournitures de l'an passé, en remplaçant simplement les stylos et crayons qui ne sont pas réutilisables (car trop secs, trop mâchouillés, trop taillés etc ...).

Et pour marquer les fournitures, on n'oublie pas les petites étiquettes personnalisées (téléchargeables sur cet ancien post des Loulous ).

Posté par Anne-Gabrielle à 16:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 mai 2017

Autour du sureau

sureau6

Les petits plaisirs du printemps, ce sont notamment les premières cueillettes. Le potager ne donne pas encore beaucoup, on y trouve de la rhubarbe, les premières salades, les radis, les fèves chez les jardiniers avertis (... donc pas chez nous), mais on peut aussi profiter des trésors que l'on trouve dans les haies, fleurs d'accacia ou de sureau, jeunes pousses de prunelles etc ...

sureau3

Nous avons la chance d'avoir beaucoup de haies autour de chez nous, nous n'avons donc pas à aller bien loin pour faire nos cueillettes.

sureau4

Nous avons expérimenté plusieurs recettes réalisées à partir de fleurs de sureau et nous sommes particulièrement satisfaits de ce que nous avons déjà pu goûter. Ces fleurs ont un parfum caractéristique, on le sent dès que l'on s'approche des arbres en fleurs, qui me rappelle à chaque fois les beignets de fleurs de sureau que nous faisait notre voisine lorsque j'étais enfant.

Nous n'avons pas encore fait de beignets, par contre, nous avons testé le sucre et le sirop de fleurs de sureau.

sureau1

Le sirop est parfait, acidulé et fleuri, le goût est léger. Simplement allongé avec de l'eau, cela fait une boisson très désaltérante, les enfants aiment beaucoup. Nous, les parents, préfèrons l'utiliser pour en faire un  Kir original : un trait de sirop et du vin blanc sec bien frais, c'est top à l'apéro. Nous avons utilisé la recette de "Chef Simon" pour faire le sirop, elle nous convient bien : un petit clic par ici pour accéder à la recette.

 

sureau10

sureau11

Le sucre est réalisé en mixant 40g de fleurs (sans tiges vertes) avec 300g de sucre de canne blond jusqu'à obtention d'une pâte, qui est ensuite étalée dans un plat et mise à sécher à l'air (j'ai couvert avec une mousseline pour éviter que les mouches et autres petites bêtes ne viennent s'en régaler) pendant 2 jours. Le goût des fleurs est très présent dans le sucre aux fleurs de sureau, il faut donc l'apprécier, ce qui est mon cas, mais pas celui des enfants. Il est parfait pour sucrer des yaourts, on peut le rajouter dans des gâteaux, ou simplement s'en servir pour saupoudrer des pâtisseries.

sureau12

sureau15

J'en rajoute parfois dans la vinaigrette, pour l'adoucir et lui apporter un goût légèrement fleuri, en attendant que notre vinaigre surard soit prêt. Ce vinaigre, réalisé à partir de vinaigre de cidre, consiste simplement à y faire macérer pendant deux semaines quelques corymbes de fleur (3 pour 1 demi-litre de vinaigre). On le consomme en assaisonnement après l'avoir filtré et stocké en bouteille.

sureau8

Pour finir, notre pétillant de sureau est en cours de préparation. Il est réalisé par macération de fleurs et de rondelles de citron dans de l'eau à laquelle on a ajouté du sucre. Au bout de quelques jours, une fermentation se produit, et on peut le mettre en bouteille au bout d'une semaine environ. Il faut ensuite attendre un mois avant de le consommer. Suspense donc, on ne sait pas du tout ce que ça va donner !

Les recettes du pétillant, du vinaigre et du sucre sont tirées du superbe livre de Linda Louis "L'appel gourmand de la forêt". Il contient plein d'autres recettes que l'on a hâte de tester.

sureau16

 

 

 

Posté par Anne-Gabrielle à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mai 2017

Qu'est-ce qu'on mange - #le pain

 

pain3

Pain blanc, pain aux céréales et pain de mie de notre fabrication

Depuis un moment déjà, nous faisons notre pain nous même. Pour subvenir à nos besoins, il nous faut 2 pains et un pain de mie (les enfants le préfèrent au pain classique) par semaine. Ca fait une grosse production à assurer, en gros, tous les samedi, on fait du pain. Le travail nous est facilité d'une part parce que nous utilisons un robot (thermomix) pour le pétrissage, et d'autre part parce que la cuisson est faite en cocotte (sauf pour le pain de mie, que l'on cuit dans un moule à cake), qui assure un pain aéré et avec une belle croûte pas trop dure.

Pour le temps, et bien il faut prévoir la demi-journée : le pétrissage et le façonnage de 3 pains prennent environ 45mn, il faut ensuite avoir 2h30 devant soit pour les 2 levées (pendant lesquelles on peut bien sûr faire autre chose, la sieste ou lire un bon bouquin par exemple !), puis 50 à 55mn pour la cuisson des pains classiques, je les fais par deux et j'enfourne les deux cocottes en même temps(on peut reprendre le bouquin), et encore 40mn de cuisson pour le pain de mie sachant qu'il faut attendre un peu avant de l'enfourner que la température du four redescende à 180°C (allez, un dernier chapitre).

 

pain4

Du travail, oui, mais on apprécie d'autant en le mangeant !

pain5

Pas facile de croquer dans sa tartine quand on n'a plus d'incisives !

 

On partage ici avec vous nos recettes préférées ...

 

Pain blanc

Préparation : 4 mn pour le pétrissage au robot, 1h30 + 1h pour la levée

Cuisson : 45mn + 5 à 10mn à 240°C (démarrage de la cuisson à four froid)

 

500g de farine T55

7,5ml de levure déshydratée en granulés

30cl d'eau (+ quelques cl pour la cocotte)

15g de sel

Une cocotte avec couvercle passant au four (fonte, tôle émaillée ...)

 

pain1

Les ingrédients pour faire du pain

Préparer la cocotte : mettre un fond d'eau dans la cocotte, faire bouillir, vider l'eau et essuyer la cocotte. Placer un papier cuisson découpé à la dimension dans le fond de la cocotte. Huiler le papier ainsi que les parois de la cocotte.

Mettre les 30cl d'eau et la levure dans le bol du thermomix. Programmer 2mn30/37°C/vitesse 2,5. Ajouter la farine et le sel et pétrir pendant environ 1mn30 sur la fonction épis. 

Déposer la pâte dans la cocotte (sur le papier cuisson huilé), fermer le couvercle et faire lever à température ambiante (éviter les courants d'air) pendant environ 1h30.

pain

La pâte lève dans la cocotte

Une fois la pâte levée, la sortir de la cocotte, la dégazer (on la dégonfle en appuyant dessus) sans trop la travailler, façonner à nouveau la pâte en boule, la déposer dans la cocotte (sur le papier cuisson) et faire des stries sur le dessus avec un couteau, fermer le couvercle. Laisser à nouveau lever, environ 1h.

pain2

Les pains sont prêts à enfourner

Régler le four sur 240°C, enfourner la cocotte avec le couvercle, à four froid et cuire pendant 45mn. Oter le couvercle et remettre au four pour 5 à 10mn pour faire dorer la croûte. Démouler et poser sur une grille aussitôt sorti du four.

Variantes : à la place de la farine T55, on peut utiliser une farine semi-complète (T80) ou une farine composé d'un mélange céréales+graines (achetée toute prête, ou en faisant le mélange soit même avec différentes farines : blé, sarrasin, épeautre, seigle + graines de lin, tournesol, sarrasin ...). On peut également faire un pain au noix : avec de la farine T80, quelques cerneaux de noix et une cuiller à soupe de miel ajoutés en même temps que la farine dans le robot.

La recette à télécharger en pdf, c'est par ici : Le_pain_blanc_des_Loulous

 

Pain de mie

Préparation : 4 mn pour le pétrissage au robot, 1h + 1h pour la levée

Cuisson : 30mn à 40mn à 180°C (dans le four préchauffé)

 

400g de farine T55

5ml de levure déshydratée en granulés

30g de beurre fondu

15g de sucre

1 càc de sel

80ml de lait

160ml d'eau

Un moule à cake beurré

 

Mettre dans le robot l'eau, le lait et la levure. Programmer 2mn30/37°C/vitesse 2,5. Ajouter la farine, le sucre, le beurre et le sel et pétrir pendant environ 1mn30 sur la fonction épis. Laisser la pâte lever à température ambiante pendant environ 1h (1h30 si nécessaire), dans le bol du robot ou dans un saladier. Dégazer la pâte, la façonner et la mettre dans le moule à cake beurré. Laisser lever à nouveau 1h. Préchauffer le four à 180°C. Enfourner le pain pendant 30 à 40 mn (surveiller pour que la croûte soit bien dorée, mais pas trop foncée non plus). Démouler sur une grille et laisser refroidir.

La recette à télécharger en pdf, c'est par ici : Le_pain_de_mie_des_Loulous

Pour la conservation des pains, nous les tranchons et nous les stockons au congélateur. On prélève les tranches au fur et à mesure des besoins, pas de gâchis !

En ce qui concerne les ingrédients, nous utilisons de la farine et de la levure bio, et du sel de Guérande. J'ai en projet un petit topo sur le sel de Guérande, à suivre donc ... et en projet aussi, l'utilisation de levain à la place de la levure, je vous en dirai plus quand ce sera au point.

Bilan déchet : Le pot de levure en métal (recyclable) au bout de 16 pains, l'emballage du beurre au bout de 8 pains de mie - la farine, le sel, le sucre sont achetés en vrac dans des bocaux ou emballages réutilisables, nous cherchons notre lait à la ferme.

 

Posté par Anne-Gabrielle à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 mai 2017

Les courses en mode zéro déchet

Pour réduire sa production de déchets, en particulier ceux issus des emballages, la meilleure solution est d'acheter ses produits en vrac. Pour cela, il faut s'équiper de différents contenants : sacs à vrac de différentes tailles, bocaux, boîtes hermétiques en verre (ou en plastique, c'est plus léger ... mais c'est du plastique), wraps en tissu imbibés de cire d'abeille (bees wraps), etc ... et bien sûr, penser à les emmener avec soi, ce qui demande un peu d'organisation !

 

coursesZD

coursesZD3

coursesZD4

coursesZD5

Une fois encore, on trouve pléthore d'astuces et conseils sur le sujet sur internet. Dans ce post, nous partageons avec vous les solutions que nous avons adoptées, mais il y a bien sûr d'autres possibilités.

course ZD légende

Les sacs à vrac :

Nos sacs à vrac sont faits maison, dans du tissu à rideaux très léger (il faut y penser car souvent dans les magasins de fournitures en vrac, la pesée se fait en caisse et il n'est pas toujours possible de déduire le poids du sac), avec une cordelette pour les fermer et éviter de semer leur contenu dans le transport des courses.  On en trouve des tout- faits dans les magasins bio. J'ai aussi confectionné des sacs un peu plus grands, plus pratiques pour certains fruits et légumes, dont je connais le poids qui peut être déduit de la pesée en caisse. Nous lavons régulièrement nos sacs à la machine, pour être sûrs qu'il n'y ait pas de risque pour les aliments qu'ils sont destinés à contenir, il est donc nécessaire d'en avoir un petit stock, pour faciliter le roulement.

Les bocaux :

Pratiques pour le vrac que l'on ne peut pas mettre en sacs : la farine, le café moulu, le sel etc ...

Nous avons étiqueté nos bocaux pour indiquer leur poids et nous nous sommes mis d'accord avec le magasin auprès duquel nous nous fournissons pour que leur poids soit déduit à la caisse. Je vous avoue que cela n'a posé aucun problème, même si à priori, j'appréhendais d'en faire la demande, de peur que cela rende le passage en caisse plus compliqué. Le caissier est tout de même obligé de faire un calcul pour déduire le poids, de mettre sa caisse dans un mode de fonctionnement différent etc ... c'est un peu plus long que la simple pesée d'un produit dans un sac en papier jetable, mais il s'y prête bien volontiers.

Les wraps de tissu enduits de cire d'abeille :

Les bees wraps sont LA solution que l'on cherchait pour supprimer le film étirable et le papier alu ! On a trouvé les explications pour les faire sur le site Fabriqué en utopie et sur le blog Mum à contre-courant. On peut aussi les acheter tout-faits. Je vous mets le lien d'une petite vidéo de démonstration de l'utilisation des wraps. Ils nous servent à emballer les aliments frais comme la charcuterie, le fromage ... L'avantage de ces wraps est que grâce à la cire, ils conservent la forme qu'on leur donne autour de l'aliment qu'on emballe. On peut aussi les utiliser pour couvrir des saladiers, des bols ... par contre, ils ne passent pas au four micro-onde, mais peut-être peut-on juste se passer du micro-onde ?

L'important, c'est de bien les laver après chaque usage, à l'eau froide et au liquide vaisselle, on frotte bien (avec un tawashi :)) ) et on les laisse sécher avant de les ranger pour le prochain usage. Il faut aussi  les ré-enduire de cire régulièrement, car ils s'usent au fur et à mesure de leur utilisation (la cire s'en va).

Le sac à saucisson :

Pour finir, notre petit emballage "maison" : nous , on aime le saucisson, surtout celui de notre charcutier préféré, et le chorizo, du même charcutier. Pour éviter le papier dont il se sert pour les emballer, j'ai confectionné des sac tubulaires, juste adaptés à la taille des saucissons. Ils nous servent au transport et à la conservation, les saucissons peuvent "respirer" et sécher à l'air, tout en étant protégés.

Et vous, quelles solutions avez-vous adopté pour réduire vos déchets d'emballages ?

Posté par Anne-Gabrielle à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 avril 2017

Une petite douceur de printemps ...

... mais réveillée par le peps de la rhubarbe, on s'est régalé hier d'un clafoutis à la rhubarbe du jardin.

Munkee_0425204512

Les gourmands sont passés par là, le plat a été vidé très vite !

Munkee_0425204828

Super léger sur le dessus, tendre et moelleux au milieu et acidulé juste comme il faut, chez nous, (presque) tout le monde l'adore (à l'exception de Bleuenn, pas trop dessert cette demoiselle).

Et comme on aime, on partage !

 

***

Clafoutis à la rhubarbe

***

 Ingrédients pour 6 personnes :

500g de rhubarbe coupée en cubes

2 oeufs + 2 jaunes

130g à 150g de sucre en poudre (on utilise du sucre de canne blond bio)

250g de crème fraîche

60g de maïzena

20cl de lait

Préchauffer le four à 180°C (th 6).

Mélanger les oeufs et les jaunes dans un saladier avec le sucre et fouetter au fouet électrique, le mélange doit gonfler et blanchir. Incorporer la crème fraîche. Dans un bol, diluer la maïzena en versant progressivement le lait dessus, ajouter au mélange oeuf-sucre-crème. Disposer la rhubarbe dans un plat à four, verser la préparation dessus et enfourner pour environ 40 mn. Laisser refroidir et saupoudrer de sucre glace (c'est aussi très bon tiède). Savourer !

Cette recette est aussi très bonne avec d'autres fruits : on l'a essayée avec des cerises-griottes, des mirabelles et des framboises, à adapter selon la saison !

 

 

Posté par Anne-Gabrielle à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,